Archives pour la catégorie Histoire

2e et 3e piliers : chacun pour soi

Avant tout, je vous recommande de lire sur ce même blog l’article de présentation des trois piliers ainsi que l’article de présentation du premier.

C’est à partir d’ici que les processus de décision interne de l’Union européenne se compliquent. Le deuxième pilier comprend la politique étrangère et la politique de sécurité commune (défense des droits de l’homme, maintien de la paix, promotion de la démocratie, aide au tiers monde, désarmement…).

Le troisième et dernier pilier des actions de l’Union comprend tout ce qui relève de la coopération policière et judiciaire en interne : coopération pour les affaires pénales, lutte contre le racisme, les trafics, le crime organisé, le terrorisme…

Nous touchons donc ici à des questions qui relevaient directement de la souveraineté nationale (justice, armée, police…), questions pour lesquelles les Etats membres ont du mal à accepter de ne plus pouvoir décider seuls.

Là où le premier pilier repose sur le « supranationalisme » (ce sont les institutions de l’Union qui décident), les deuxième et troisième piliers sont fondés sur l’ « intergouvernementalisme » (ce sont les Etats membres qui décident). Dans ce dernier cas, les décisions sont prises par les chefs d’Etats européens lors du Conseil, et à l’unanimité ! Ce qui a pour effet de ralentir, du fait des longues négociations, et de rendre les textes très complexes afin de contenter tout le monde, jusqu’à, parfois, les vider de leur sens. Ici ce n’est donc pas l’intérêt général européen qui prime, mais l’intérêt particulier de chaque Etat. A 27, le risque d’immobilisme est grand.

L’Europe ne peut avancer en conservant des systèmes de décision aussi complexes et archaïques : nous devons accepter de perdre une partie de notre souveraineté, c’est la règle du jeu. Le Traité de Constitution européenne, rejeté en 2005, souhaitait la fusion des trois piliers, afin que toutes les décisions soient prises selon le système simple et supranational du premier.

Ces questions sont en parties toujours en suspend.

Premier pilier : la communauté

Avant tout : cet article sur les trois piliers de l’Union européenne.

 Le premier pilier des actions européennes aborde un grand nombre de compétences communautaires : l’économie, l’énergie atomique, le progrès social, la libre circulation, l’agriculture, le transport, la législation etc. Le premier pilier occupe donc une place déterminante, en terme de champ d’action. D’autant plus que les politiques relevant du premier pilier reposent sur les règles habituelles du droit européen dont le supranationalisme, ce qui facilite grandement les processus de décision. Cela signifie que pour ce qui concerne le premier pilier, les mesures peuvent être prises très rapidement. Petit à petit c’est ce premier pilier qui devient de plus en plus important, au détriment des deux autres.

Le premier pilier symbolise la supranationalité, c’est-à-dire que c’est l’Europe qui décide pour ses pays membres. Ce sont les institutions européennes qui prennent les mesures et décident des actions (à la majorité) qui s’imposent ensuite aux pays européens et qui priment sur leur droit national. L’initiative, pour le premier pilier, appartient donc à la Commission européenne qui propose des mesures dans l’intérêt de toute l’Union.

Ce n’est pas le cas pour les autres piliers…

la suite : deuxième et troisième piliers, lenteur et chacun pour soi

Les trois piliers de Maastricht

Les trois piliers de l’action de l’Union européenne définissent ses objectifs principaux et ses politiques. Ils ont été signés lors du Traité de Maastricht (1992) :

- le pilier communautaire

- le pilier de la politique étrangère et de sécurité commune

- le pilier de la coopération policière et judiciaire

Ces trois grands axes sont extrêmement importants pour comprendre l’action européenne. En effet si une politique rentre dans un pilier ou dans un autre, les provessurs de décision ne seront pas les mêmes, par exemple.

C’est pourquoi trois articles vont venir expliquer chaque pilier.

Pour l’instant je vous propose ce petit récapitulatif (cliquer pour agrandir) :

unioneuropeenne.gif[Euratom : Communauté européenne de l’énergie atomiqueCE : Communauté européenne

UEO : Union de l’Europe occidentale]

L’Europe et le Proche Orient

gaza3.jpgComme nombre de guerres dans le monde, le conflit israélo-palestinien trouve ses origines… en Europe. Nos pays, notamment la Grande-Bretagne, et dans une moindre mesure la France, portent une large responsabilité historique dans ce conflit.

Aujourd’hui tout porte à croire que le conflit entre Israël et le Hamas palestinien est devenu une véritable guerre. Après plusieurs jours de bombardements, le nombre de morts s’éleverait à plus de 400 dans la bande de Gaza. L’opinion publique devient de plus en plus extrêmiste : 95% des Israéliens soutiennent les bombardements quand le Hamas parvient à mobiliser de plus en plus de monde, affaiblissant l’Autorité palestinienne et le Fatah.

Alors que cette guerre semble conduire Israéliens et Palestiniens droit dans le mur, l’Union européenne se doit d’intervenir dans ce conflit qui se déroule à ses portes, et qui a de larges répercutions dans les pays européens qui ont tous des minorités israéliennes et palestiniennes. Alors que Barack Obama et les Etats-Unis se sont enfermé dans un mutisme fuyant, l’Union européenne a les moyens, la puissance et la capacité d’agir, si la volonté est là.

La condition pour que l’Europe agisse dans le monde est qu’elle soit forte et unie. Aucun pays européen seul n’est assez puissant aujourd’hui pour prétendre à la régulation des conflits mondiaux. Les Européens doivent savoir s’unir, et parler fort ensemble. La langue de bois européenne provient de nos trop grandes divisions et surtout de l’affaiblissement des institutions de l’Union (quelle légitimité a un Parlement élu avec autant d’absention ?). Jusqu’ici l’Union européenne s’est essentiellement contentée de financer de l’aide humanitaire au Proche-Orient et de la reconstruction. Alors que les Etats-Unis sont totalement défaillants dans leur politique étrangère, c’est l’heure pour l’Europe de s’imposer dans le monde.

La partie internationale des programmes des listes pour les européennes de 2009 doit peser dans nos choix.



Le Blog Europe2009, indépendant, a pour but de vous informer sur les élections européennes de juin 2009 et ses enjeux. Il veut participer à renouer le lien entre les citoyens et les institutions européennes en expliquant leur fonctionnement. Bonne lecture… et votez !

N’hésitez pas à laisser des commentaires ! Ce blog est un espace de débat.

Sondage

Quel est selon vous le principal enjeu des européennes de 2009 ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...


Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres